L’ensemble de l’équipe de l’association des Amis de l’orgue se félicite de la superbe restauration de l’instrument, réalisée par la Manufacture Vosgienne de Grandes Orgues de Rambervilliers, et plus spécialement par Vincent Bigerel dont les qualités personnelles ont été unanimement saluées par les professionnels, notamment par François-Henri Houbard, organiste à la Madeleine, qui a magnifié cet ouvrage lors du concert d’inauguration.

 

Ce qui a donné l’occasion à tous nos partenaires de pouvoir apprécier la qualité de ce travail, qui a redonné à l’orgue son éclat d’origine.

 

Notre reconnaissance va aux donateurs et aux collectivités qui ont participé à la réalisation de ce projet!

Relevé acoustique

 

 

Un relevé acoustique a été effectué devant huissier, afin de veiller à conserver scrupuleusement, après les différentes phases de remontage et d'harmonisation, l'intégrité sonore de l'instrument.

Fin septembre 2017 début du démontage de l'orgue


 

Fin septembre 2017 a débuté le démontage de notre instrument en vue de remédier aux problèmes de xylophages et de remettre en état les éléments en plomb contenus dans l'instrument.

 

Pour traiter l'ensemble il a été nécessaire, pour tout passer en revue,

de vider l'instrument de tous ses tuyaux.

Ces travaux ont pris 6 mois!

 

 

Début avril 2018 tout se remet en place et nous arrivons à la phase de l'accord et de l'harmonisation afin que notre orgue recouvre l'éclat et les sonorités que Pascal Quoirin lui avait donnés à sa construction en 1984.

 

Un grand merci est adressé aux différents donateurs, publics et privés, sans qui ce relevage n'aurait pu avoir lieu.

 Les travaux les plus importants

 

La réfection de toutes les pièces comportant

du plomb, les postages ou porte-vents (qui permettent d'amener l'air dans les tuyaux). 

Le traitement curatif et préventif de la tuyauterie basse en bois vermoulu pour venir à bout des vrillettes.


Quelques photos du relevage de l'orgue


Septembre 2017, démontage de l'orgue !


Avril 2018, remontage de l'orgue !

 

 

 

 

Nettoyé, dépoussiéré, traité, l'orgue retrouve ses porte-vents qui ont été remplacés.

Cela se précise...


 

 

 

 

 

Notre cornet a retrouvé sa place.


Les tuyaux en bois, désinfestés, retrouvent leur emplacement.


Même la console a été traitée et les claviers remis dans leur état d'origine.


 

 

 

 

 

 

 

Un facteur d'orgues absorbé et méticuleux...


Les tuyaux reprennent leur place initiale. On les entend déjà chanter !


 

 

 

 

 

Tous les éléments sonores, bois, étain, plomb sont prêts. 


 

 

 

 

 

L'un des deux soufflets qui a dû être réparé.


 

Le travail de relevage a été confié à l'atelier MGVO (Manufacture Vosgienne de Grandes Orgues) qui a remporté l'appel d'offre visant à la stricte sauvegarde de l'instrument.